Lundi 10 octobre 1 10 /10 /Oct 16:19

            Solar energy comes from solar radiation which is collected on a surface in order to produce electricity. These surfaces can be photovoltaic panels or heat engines. There are many applications such as providing heat, light, electricity and cooling, whether for homes or for industry.

            As the sun is the most important provider of energy in the solar system and since the Earth receives a significant quantity of its energy, scientists had always considered it could be useful. For instance, the sun is able to produce enough energy in a minute to cover the world's energy needs for one year.


Historical background 

            The first discovery was made by a Swiss scientist, Horace de Saussure, in 1767. His experiment consisted in applying solar power for heat, using a thermal solar collector.

            Then, in 1839, Antoine Becquerel, a French physicist, discovered that the sun’s energy could produce a "photovoltaic effect". Photo means light and voltaic stands for electrical potential. It was only in the 1880s that selenium photovoltaic cells were developed and could convert sunlight into electricity. But their efficiency was weak (only 1-2%). It was thanks to Einstein that people began to understand the related photovoltaic effect in the 1900s.


How it works

            All over the 20th century, efficiency has really improved reaching 40% in 2008. Currently, we still use the two forms of solar power: thermal and photovoltaic. The first one collects sunlight, converts it into heat and then applies it to a steam generator. Thereby, electricity is generated when the heated fluid drives turbines, and has many applications such as warming buildings, heating water or generating electricity.  http://www.solarenergyfact.org/images/solar-panel-1.jpg

           

The second one is the use of solar panels. They are composed of cells made of silicon, which is a semiconductor material. Thus, when sunlight strikes the cells it creates an electric current. Cells wired together form a module, and modules wired together form a panel.


  

 Advantages and drawbacks

            Solar energy is obviously one of the most promising renewable energy sources in the world. It is non-polluting, it requires little maintenance, has a long lifetime and low running costs. Each area can produce its own supply of electricity. It is safe and quiet so it can be used everywhere such as homes, schools and hospitals.

 

            But there are two important drawbacks: the amount of sunlight and the cost of equipment. The first one depends on geographical location, time of day, season and clouds. As for the second one, equipments are expensive to install. It takes 2 to 5 years for a return on investment, depending on how much sun a particular location receives. Future improvements are projected to decrease the payback time from 1 to 3 years.

 

 

            Comparing solar power characteristics to those of oil, gas, or nuclear power, the choice is easy. Solar energy technologies offer a clean, renewable and domestic energy source.

Par Kévin B - Publié dans : Sciences/Environnement - Communauté : Les petits curieux
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 24 août 3 24 /08 /Août 16:41

Traduit en français par "grand boum", le Big Bang est une théorie énoncée en 1948 par George Gamow. L’Univers actuel serait issu d’une énorme explosion initiale, alors appelée big bang, survenue il y a près de 15 milliards d’années. Grâce à certaines recherches, il a été possible de retracer les premiers instants de la naissance de l’Univers, ainsi que son évolution.

Une théorie parmi d’autres

Bien entendu, il ne nous est pas permis de connaître véritablement la façon dont l’Univers a bien pu se créer. De cette manière, de nombreux modèles ont été étudiés et présentés, afin de représenter au mieux sa formation.

Il existe bien sûr des critiques de cette théorie, ainsi que des alternatives, mais le big bang est le modèle reconnu actuellement par les scientifiques, même si cela ne reste qu’un modèle parmi d’autres.

Points-clés de la théorie

La théorie du big bang fait suite à des études sur des collisions de particules à hautes énergies dans de grands accélérateurs. Cela a permis de retracer l’histoire des premiers instants de l’Univers.

On ne sait pas encore ce qui s’est passé au moment du big bang, considéré comme le temps de Planck, à moins de 10 secondes à 43 secondes après l’explosion initiale.

 

L’Univers primitif est considéré comme une "soupe" à très haute température, rempli de particules qui s’agitent dans tous les sens et avoisinant la vitesse de la lumière.

Au fur et à mesure des collisions des particules, certaines disparaissent, alors que d’autres apparaissent. Le mélange aurait d’abord été composé de quarks et d’antiquarks.

 

Puis, l’Univers se serait brutalement dilaté entre 10^35 et 10^32 secondes après l’explosion, multipliant ainsi son volume par 10^150.

Ensuite, cette "soupe primitive" aurait commencé à s’enrichir d’éléments plus lourds avec des protons et des neutrons, issus de l’association de triplets de quarks.

 

La température commence à se refroidir. Les premières liaisons nucléaires apparaissent avec des noyaux atomiques légers tels que l’hélium, l’hydrogène et le lithium.

Puis la température continue de refroidir, la matière et le rayonnement se découplent, l’Univers devient transparent. C’est le début de l’ère de la matière.

 

Ce n’est qu’un milliard d’années plus tard que se forment les premières galaxies.

Evolution future de l’Univers

Trois scénarios différents sont envisagés :

  • L’expansion ne cessera jamais, à une vitesse plus ou moins rapide.
  • L’expansion ralentira.
  • Une phase de contraction pourrait survenir, ce qui ramènerait l’Univers dans un état extrêmement dense.

licht

Par Kévin Bessou - Publié dans : Astronomie & espace - Communauté : Tous les hOrizOns ...
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 22 août 1 22 /08 /Août 07:56

Depuis toujours, l’espace que constitue la Suisse a suscité l’intérêt des grandes puissances européennes. Au fil du temps, la Suisse a tout de même réussi à se constituer, et n’est devenue un État fédéral à part entière qu’en 1848. Voyons les différentes étapes de l'histoire de la Suisse telle qu'on la connait aujourd'hui.

Les premiers peuples

 C’est suite à la fonte des glaciers en Europe, il y a moins de deux millions d’années, que les premières traces de peuplement apparaissent dans des grottes naturelles d’Europe, ainsi qu’en territoire suisse.

L’invasion par les romains

 Durant l’époque celtique, les premières tribus appelées Helvètes colonisent la Suisse. Ces derniers tentent d’émigrer en Gaule en raison de la pression générée par les tribus germaniques, mais sont repoussés par Jules César en 58 après J.C, et sont reconduits sur leurs terres d’origine. Celles-ci deviennent ainsi territoire de l’Empire romain.

La colonisation par les troupes germaniques

 Les tribus germaniques finissent par obtenir raison. C’est au Ve siècle après J. C. que les Burgondes et les Alamans s’installent en terres suisses.

La période médiévale

 Appartement aux royaumes de Bourgogne, puis à l’empire de Charlemagne, et ensuite au Saint-Empire romain germanique, le territoire suisse est le lieu de luttes féodales.

L’ancienne Confédération Suisse

 Un pacte fédéral est établi en 1291. Ce sont les débuts d’un nouvel État, la Suisse. On voit apparaitre les premières villes de Suisse, ainsi que les 13 premiers cantons, formés au fil d’alliances et de conquêtes.

La Réforme

 Elle divise les villes de Genève, Berne, Zurich, Bale ainsi que Neuchâtel avec la Suisse centrale qui est conservatrice catholique. Cela génère les guerres de Kappel en 1529 et 1531, ainsi que les guerres de Villmergen en 1656 et 1712.

La République Helvétique

 L’invasion de l’armée napoléonienne entraine de profonds changements, et la Suisse devient un État unitaire en 1798, la République helvétique, qui ne dure seulement que quelques années. De plus, l’Acte de médiation de 1803 imposé par Napoléon crée de nouveaux cantons.

La Constitution Fédérale

 Après la défaite de Napoléon à Waterloo en 1815, la Suisse revient au système fédéral. Cela aboutit à l’établissement de la Constitution fédérale suisse le 12 septembre 1848. S’ensuit une profonde révision de cette constitution, ainsi qu’une forte industrialisation du pays.

C'est d'ailleurs en 1889 qu'est établi le drapeau suisse avec la croix, tel qu'on le connait aujourd'hui.

La Suisse et sa situation durant les Guerres mondiales

 Depuis la Conférence de Vienne de 1815, la Suisse est obligée d’assurer sa neutralité envers les autres pays d’Europe. Ce sujet de neutralité a été évident durant ces deux guerres qui ont marqué le XXe siècle.

La Suisse depuis 1945

 Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la Suisse est un état prospère, avec l’amélioration des techniques ainsi qu’une bonne croissance économique.

Elle n’est pas membre de l’Union européenne, mais conserve tout de même de bonnes relations avec les pays voisins.

Par Kévin Bessou - Publié dans : Histoire
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 21 août 7 21 /08 /Août 16:42

De nos jours, la recherche d’un emploi nécessite beaucoup d’implication de la part du candidat, ainsi qu’une bonne dose de patience. Cependant, après avoir décroché un entretien, tout n’est pas gagné. C'est d'autant plus difficile lorsque la distance, entre le domicile de la personne et son travail, est importante. Posséder son permis B ainsi qu’une voiture sont-ils donc nécessaires pour obtenir un emploi ?

Les zones urbaines t les zones rurales

 Suivant le domicile de la personne, posséder une voiture et donc, son permis de conduire relève d’une évidence.

En effet, si le candidat habite en milieu rural, il aura généralement tendance à avoir un long trajet à faire pour aller travailler. De plus, les zones rurales bénéficient de peu d’aménagements favorisant les transports en commun. Il est donc nécessaire, d’avoir son permis de conduire pour se déplacer.

Au contraire, les zones urbaines, et notamment les grandes villes, sont quasiment toutes aménagées de réseaux de transports en commun, facilitant le déplacement de ses nombreux usagers. Le permis à point ne sera donc pas forcément très utile.

Cependant, cette distinction est à nuancer, car elle n’est pas toujours aussi claire.

Les emplois spécifiques

 La séparation que l’on a pu voir précédemment, n’est pas toujours évidente pour certains métiers.

Bien évidemment, les métiers incluant la conduite d’un véhicule impliquent forcément de détenir un permis de conduire.

Toutefois, on pourra remarquer que des jobs, comme la garde d’un enfant et/ou l’aide aux devoirs requièrent parfois de posséder son permis de conduire. Les transports en commun n’étant pas forcément utilisés par tout le monde, les parents peuvent demander au candidat, s’il est possible de ramener leur(s) enfant(s) de l’école à leur domicile, via son véhicule.

Par conséquent, les candidats étant en possession d’un permis de conduire, ainsi que d’un véhicule seront favorisés.

De plus, certains métiers ont des horaires, en total décalage avec les horaires des transports en commun. Posséder un véhicule pour les emplois de nuits ne peut donc être qu’un avantage. Les personnes n'utilisant que les transports collectifs auront donc, moins de chance d'obtenir un poste de nuit.

Un petit plus sur le CV

 Tout simplement, évoquer que l’on possède son permis de conduire, ainsi que son propre véhicule sur son CV, ne peut être que positif. Il suffit parfois d’une mince différence entre deux CV identiques, afin de faire pencher en faveur de tel ou tel candidat.

On retiendra donc que l’obtention du permis de conduire n’est pas nécessaire à l’embauche, mais reste tout de même indispensable.

J'ai mon PERMIS!!!

Par Kévin Bessou - Publié dans : Recherche d'emploi - Communauté : Tous les hOrizOns ...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 19 août 5 19 /08 /Août 21:17

La foudre est un phénomène de décharge électrostatique. Cela se produit lorsque l’électricité électrostatique s’accumule entre un nuage électrisé et la terre. Généralement associée à un éclair de lumière et au tonnerre, la décharge peut atteindre près de 100 millions de volts entre les deux points. Aussi, il est indispensable de se munir de protections contre la foudre afin de prévenir tout danger.

Le paratonnerre, une protection primaire

La foudre étant une décharge électrique, le meilleur moyen de s’en protéger est d’utiliser un système qui va conduire cette décharge, afin de la rediriger vers le sol à l’aide de conducteurs non fonctionnels : le paratonnerre. Il va aider à faire traverser ce courant vers le sol par effet de pointe. C’est le principal outil de protection contre la foudre.

Ce système n’est cependant pas totalement fiable, un paratonnerre ne capte pas la décharge électrique, elle peut donc tomber juste à côté. Cela reste tout de même très utile, et est très utilisé par les industriels.

De plus, la construction du paratonnerre ne protège pas contre les effets indirects de la décharge sur le bâtiment qu’il protège. Aussi, l’énorme champ magnétique généré par la force du courant lors de la décharge peut perturber les installations électriques du bâtiment à protéger.

D’autres systèmes de protection

Il existe d’autres types de protection primaire :

  • Des fils tendus peuvent être utilisés au dessus de l’ouvrage que l’on souhaite protéger.
  • Il est possible d’utiliser également une cage maillée, autrement appelée cage de Faraday. Elle est souvent utilisée pour les bâtiments contenant du matériel informatique notamment.

Des systèmes secondaires de protection peuvent être installés afin d’éviter les surtensions, avec l’utilisation de composants parasurtenseurs ou parafoudres:

  • Un éclateur, composé de deux électrodes qui, au-delà d’une certaine tension, engendrent un mécanisme qui va faire passer le courant sous forme d’arc électrique.
  • Une varistance, composant le plus utilisé pour la protection des bâtiments. Au-delà d’une certaine tension, l’impédance du composant diminue, permettant au courant de s’évacuer.
  • Une diode transil, semi-conductrice, utilise l’effet Zener. C'est-à-dire qu’elle va laisser passer le courant inverse en cas de surtension. Elle est généralement utilisée afin de protéger les équipements téléphoniques.
Girouette de l’église Saint-Maclou
Par Kévin Bessou - Publié dans : Géographie
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus